lundi 1 avril 2013

Germinal d'Emile Zola




~Synopsis~

Pour suivre le destin d'Etienne Lantier, Zola visite les bassins houillers, descend dans le puits, étudie Marx et Proudhon, s'informe sur les luttes prolétariennes.Mineur à la fosse du Voreux, dans le nord, Etienne prend pension chez les Maheu, ouvriers de père en fils. A leurs côtés, il lutte pour leur émancipation et, lorsque la grève éclate, il tente vainement d'organiser la lutte sociale. Mais la faim entraine bientôt les mineurs dans la violence et la troupe tire sur les émeutiers. La mine est inondée par l'anarchiste Souvarine. Les conséquences seront sanglantes. Etienne échouera, pour reprendre plus tard le combat. Le printemps naissant éveille en lui l'espoir qu'un « Germinal » fera enfin triompher la justice...

~Avis

 


J'ai aimé ce livre pour plusieurs points, malgré le fait que j'ai mis 1 voire 2 mois pour le lire. Cela m'a permis de comprendre les idées de l'auteur et essayer de voir si ce qui se passe dans le livre est toujours d'actualité.C'est mon premier livre d'Émile Zola et je dois dire que j'adore. Le germinal m'a plongé dans un contexte historique. Ce roman nous montre l'enfer que vivent les mineurs et leurs conditions de vie vraiment insalubres. Au début du livre, j'ai eu du mal à me mettre dedans, mais vers la fin du livre je l'ai dévoré.

J'ai aimé comment Zola arrive à nous faire vivre la montée de tension des mineurs qui est assez longs. Durant ce passage nous voyons le statut de la femme à cette époque, qui je pense peut choquer plus d'un. La femme est considérée comme un objet permettant de faire des enfants ou assouvir les désirs masculins. Mais il y a aussi des scènes de violence conjugale qui renforce le statut de la femme comme telle (tels que je l'ai dit ci-dessus). Aujourd'hui cela-t-il changer ? Oui, mais pas totalement.
La tension monte, Étienne conduit les mineurs à la grève. Une grève qui sera longue et dure pour les mineurs. Ils font cette grève, car le prix de la berline a été réduit donc leur paye réduite. Ils avaient déjà du mal à payer le pain tous les jours, maintenant ils ne pourront plus. La grève se lance pacifiquement au début, mais avec le temps une famine apparaît. Leurs réponses la violence, il a des morts. Tous s'arrêtent quand la garde tire sur les grévistes. Après cet évènement les mineurs retournent dans les mines pour pouvoir vivre. La grève est un échec et marque la puissance du patronat. Aujourd'hui cela-t-il changer ? Non, les grèves existent toujours, mais cette situation de famine peut se faire. Mais la population a besoin de se nourrir, donc une grève longue n'est pas possible. Pas comme mai 68. Donc le contexte est toujours le même, on fait grève pour le salaire, le licenciement, etc. Mais faire grève entraine une perte d'argent à la fin du mois, qui pourrait entrainer le manque de nourriture.

Dans ce roman il a des batailles sur plusieurs fronts. Mais on en arrive a pensé le patronat fait peut-être tous pour les mineurs, d'après certains sont poussés par leurs supérieurs. Aujourd'hui cela a-t-il changé ? Non, mais encore pire avec le rendement et toujours plus d'argent a ce faire, pour ne pas couler.

Dans cette histoire on voit des mineurs, hommes des cavernes et voir que ces hommes deviennent des Hommes. Mais on peut comprend le manque de culture, de réflexions. Car depuis leurs jeunes âges, ils travaillent dans les mines, donc pas d'école. Donc pour les patrons c'est de la bonne main d'œuvre, qui ne posera pas de questions et qui ne se rebellera pas. Mais bon dans le livre, décrit le soulèvement que font les mineurs. Mais cette pratique selon le livre a fonctionné depuis des siècles. Aujourd'hui cela a-t-il changé ? Non, une personne qui n'a pas eu la chance d'aller à l'école se fait exploiter comme c'est le cas dans le livre.Pour un roman de 1885, les éléments sont toujours d'actualité. Mais pourquoi « Le germinal », enfaite tout au long du livre on annonce des évènements vrais, mais tirés de plusieurs témoignages d'endroits différents. Donc le germinal vient de l'émeute de Paris du 1er avril 1795, soit le 12 germinale II selon le calendrier révolutionnaire (eut facile je l'ai lu à la fin du bouquin).

Pour conclure, histoire fabuleuse que ce soit pour le contexte histoire et idéologique. On voit le naturalisme de Zola (1840-1902) qui a vraiment étudié le sujet et cela se ressent aux détails donnés.

 ~Information~


 ISBN:978-2-266-19928-5 - édition Pocket

~Note~

4.8/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire